Chercher

Coefficient de transmission de chaleur Ψ et X

Le coefficient de transmission de chaleur décrit la perte thermique via les raccords. Une distinction est ici faite entre les noeuds constructifs linéaires (par exemple un raccord de balcon) et les noeuds constructifs ponctuels (par exemple une poutre métallique).

Un noeud constructif linéaire occasionne une perte thermique supplémentaire dans le raccord de deux éléments de construction. La perte thermique via des noeuds de construction linéaires est déterminée par la valeur Ψ (W/mK) des raccords et la longueur (l) des détails du raccord. Le noeud constructif ponctuel X reflète la perte thermique supplémentaire dans un raccord ponctuel. La perte thermique via des noeuds de construction ponctuels est déterminée par la valeur X (W/K) des raccords et par le nombre de raccords.

Les valeurs Ψ et X sont déterminées par la qualité de la construction, les dimensions et valeurs U des éléments de construction. Les valeurs Ψ et X ne peuvent pas être calculées manuellement. Ces valeurs doivent être déterminées en utilisant un logiciel de calcul validé.

Bild_8_Seite_48

Figure 8 : Représentation sous la forme d'une coupe des pertes énergétiques dans une paroi traversée par une dalle de balcon. À droite se trouve la construction avec les flux thermiques ascendants représentés sous la forme de flèches. À gauche sont représentées les pertes énergétiques ascendantes dans cette coupe, également indiquées sous la forme d'une formule. On entend par l la longueur de la construction perpendiculaire sur le dessin.

La figure 8 montre l'effet de la valeur psi avec une dalle de sol continue (raccord de balcon ininterrompu). En pratique, le flux thermique passant par la dalle du balcon refroidit également la paroi au-dessus et en dessous du raccord de balcon. Les flèches à droite sur le dessin montrent la voie prise par les flux thermiques. Là où les flux thermiques sont horizontaux (en bleu) dans le cas d'une paroi continue, les flux thermiques des noeuds constructifs sont tri-dimensionnels (en jaune). Cela montre clairement pourquoi la détermination de la valeur psi est considérablement plus complexe que celle de la valeur U.